UN PARCOURS HISTORIQUE

Dès la fin du 17e siècle, une route relie le Cap Tourmente à Cap Rouge. À cette époque, ce chemin représentait une des plus longues routes d’Amérique ! Ce segment sera intégré au Chemin du Roy au début du 18e siècle.
 
Vos 5 derniers kilomètres épouseront presque fidèlement ce tracé ! Vous y croiserez ensuite le site de la Grande Ferme établit par Mgr de Laval et lourdement endommagé par la flotte anglaise en 1759. Mais avant, vos premiers kilomètres seront jalonnés de terres, où plusieurs des familles souches du Québec se sont établies au tout début de la colonie.
 
C’est devant une église plus de deux fois centenaires que vous cesserez vos foulées. Vous pourrez y admirer, notamment, un retable magistral, fruit du travail des Baillargé, père et fils !

ON COMMENCE LE TOUR...

L'ÉGLISE CENTENAIRE
 
Au point de départ, cette magnifique église plus que deux fois centenaire ! Cette église fut construite en 1779.
 
Son décor est attribuable à François Baillargé. La façade actuelle de lʼéglise est lʼœuvre de lʼarchitecte David Ouellet. En 1959, cette église est classée monument historique, tout comme son presbytère d’ailleurs.
LA GRANDE FERME
 

Tout près des ruines de l'ancienne église, à votre droite, la Grande Ferme est un site historique et archéologique. Elle fut reconstruite en 1866 et a été reconnue comme monument historique en 1975.

 

Depuis 1979, elle est devenue le Centre d’initiation au patrimoine. La Grande Ferme a comme mission de faire découvrir à la population toute la richesse du patrimoine de la région.

LES RUINES
 
À votre droite, les ruines de la première église de St-Joachim, incendiée par Wolfe en 1759.
 
Au même moment, le curé Philippe-René Robineau de Porneuf fut tué ainsi que 7 paroissiens. Les soldats anglais pillèrent et incendièrent tout le village : l’église, le presbytère, les maisons des villageois, la Petite et la Grande-Ferme, même les clôtures et les moissons : tout est consumé par le feu.
LA RÉSERVE NATIONALE
 
La Réserve nationale de la faune (RNF) du Cap Tourmente, constituée de marais, de plaines de de forêts, a été créée par Environnement Canada. Elle a pour but de protéger le marais à scirpe d'Amérique, principal habitat de la Grand Oie des neiges en période migratoire.
 
La réserve a été reconnue comme zone humide d'importance internationale en vertu de la Convention de Ramsar en 1981, soti le premier site à obtenir cette reconnaissance en Amérique du Nord !
 

 

LE JARDIN DES NICHOIRS
 
Vous arrivez vis-à-vis votre seule petite montée du chemin du Cap Tourmente. À peine récupéré votre souffle que vous apercevez, à votre gauche, le Jardin des Nichoirs.
FERME DU BON TEMPS
 
Implanté depuis plus de 15 ans par le domaine Royarnois, sur les anciennes terres de la ferme des Graves du Séminaire de Québec. Ce lieu est en bordure du fleuve Saint-Laurent, en face de l’archipel de l’Isle-aux-Grues et de l’île d’Orléans.
 
Dernièrement, la Ferme du Bon temps a repris ces terres où on y présente une variété de vins blancs et rouges. En plus de son populaire rosé, Le Roselin, lauréat de la Coupe d’argent au concours de la Coupe des Nations en 2004 et 2007, vous pouvez y déguster le Blanc de Montmorency, lauréat de la Coupe des Nations 2007.
MAISONS CENTENAIRES
 
Du 7e kilomètre jusqu'à l'arrivée, le parcours est parsemé de magnifiques maisons et bâtiments qui datent d'avant 1920.
 

Les différentes architectures (françaises, québecoises, américaines, etc.) révèlent un patrimoine témoignant de lʼhistoire de Saint-Joachim et de Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente, depuis le tout début de la Nouvelle-France jusquʼà la Première Guerre mondiale.

Pour plus de détails sur les différentes structures architecturales qui ornent le paysage de St-Joachim, vous pouvez consulter le document "Inventaire du patrimoine bâti de la MRC de La Côte-de-Beaupré : Typologie architecturale".